Gilles Valiquette- C’est fou mais c’est tout (Hold Me Tight)

gvaliquette_love_uke (2)

Gilles Valiquette- C’est fou mais c’est tout (Hold Me Tight) (2:00 min.)
(John Lennon- Paul McCartney)
* Premier extrait de l’album P.S. I Love Uke
(PGV2-1255-4/ Disques PGV/ DEP)

Montréal, avril 2015- C’est fou mais c’est tout est un titre qui a la distinction d’avoir été la première adaptation québécoise d’une chanson des Beatles à avoir atteint la première position du palmarès*. En mai 1964, elle était interprétée par Pierre Labelle, Jean Beaulne et René Angelil, trio mieux connu sous le nom des Baronets.

C’est fou mais c’est tout est également le titre que Gilles Valiquette a donné à son livre de 700 pages (Éditions de l’homme), relatant le parcours discographique des Beatles au Canada et son influence sur le domaine de la chanson francophone au Québec.

Il était de mise que cette adaptation de la chanson Hold Me Tight de Lennon-McCartney, originalement parue au pays sur l’album Beatlemania! With the Beatles (Capitol T-6051), soit le premier extrait radio tiré du nouvel album P.S. I Love Uke – Un hommage aux Beatles de Gilles Valiquette. De plus, la chanson est plaisante à entendre ou à réentendre!

Au sujet de l’album P.S. I Love Uke

« Depuis le récent lancement de mon livre, C’est fou mais c’est tout – Parcours discographique des Beatles au Canada (Éditions de l’homme, 2014), on me demande régulièrement si un disque suivra.

Lorsque mon équipe et moi sommes en coulisse le jour d’un spectacle, après la « balance de son » mais avant notre entrée sur scène, on sort nos cahiers Beatles pour interpréter les airs du groupe en guise d’exercice de réchauffement. Pour le plaisir de la chose, je m’exécute alors au ukulélé, instrument qui a le don d’attirer les sourires.

Voilà l’étincelle qui a amorcé le projet d’album P.S. I Love Uke, un jeu de mots à partir du titre P.S. I Love You remplaçant ‘you’ pour ‘uke’, un diminutif de ukulele chez les Anglos. Un ensemble de 15 chansons offre un survol du parcours discographique des Beatles en commençant par le premier enregistrement du groupe, Love Me Do et leur dernier, The End. Entre ces deux titres, on retrouve un extrait de chaque album des Fab Four ».
Gilles Valiquette

* Seulement trois autres chansons ont eu cette distinction au cours des années 60 : Michelle, interprétée par les Atomes (1966), Penny Lane, par les Sinners (1967) et La même chanson (Your Mother Should Know), par les Baronets (1968).

Pour plus d’informations: www.gillesvaliquette.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s